(Dé)Colonisation – Voyage au Congo

samedi 12 novembre 2011 | 11h00
Cinéma LUX

(Dé)Colonisation

Transat Vidéo et le Cinéma LUX, dans le cadre du mois du Documentaire –
proposent tout au long du mois de novembre 2011, films et documentaires
traitant du sujet de la décolonisation belge et des relations entre la Belgique et
le continent africain à travers des regards historiques et contemporains.

Pour cette deuxième édition de (dé)colonisation, le parti pris initial était de considérer le regard belge sur son histoire vis-à-vis de la colonisation. Nous avons pris quelques libertés dans notre façon d’aborder le sujet, avec le remarquable film de Pierre-Yves Vandeweerd, découvert cette année au festival de Berlin, et sa manière d’introduire une forme poétique et politique au sujet du Sahara occidental, un pays effacé de la carte, muselé par une censure stricte et depuis 40 ans dans un état perpétuel de guerre. Les semaines suivantes, nous irons au Congo avec deux regards et points de vue où presque tout diffère. Un film noir et blanc, muet de Marc Allégret, tourné en direct, et celui d’un jeune artiste qui nous plonge dans l’Histoire et les histoires entourant Lumumba et son assassinat. Puis nous proposerons une double rencontre avec Sarah Vanagt. Elle parlera de ses projets actuels à la Cour internationale de Justice de La Haye et l’exhumation d’un charnier puis elle abordera à travers les habitants de sa rue à Bruxelles des histoires d’immigration, de transhumance et de souffrance.

Vendredi 4 novembre | 20h30 | Cinéma LUX

Une soirée proposée avec la complicité du Mémorial et de l’AARASD,
association des Amis de la République Arabe Sahraouie Démocratique.

Territoire perdu

de Pierre-Yves Va ndeweerd, Belgique, 2010-1h20.

Traversé par un mur de 2400 Km construit par l’armée marocaine, le Sahara occidental est aujourd’hui découpé en deux parties, l’une occupée par le Maroc,
l’autre sous contrôle du Front de Libération du Sahara occidental (Polisario).
A partir de récits de fuite et d’exil, d’interminables attentes, de vies arrêtées et
persécutées, venus des deux côtés du mur, ce film témoigne sur le peuple sahraoui,
sur son territoire, sur son enfermement dans les rêves des uns et des autres. Dans
une esthétique qui sublime le réel, Territoire perdu résonne comme une partition
contrastée entre paysages sonores, portraits en noir et blanc et poétique nomade.

Projection suivie d’une rencontre avec le réalisateur Pierre-Yves Vandeweerd. Rediffusion du film le samedi 5 novembre à 11h00 en présence du réalisateur.

Samedi 12 novembre | 11h00 | Cinéma LUX

Voyage au Congo

Documentaire de Marc Allégret, 1926-1h30. Avec André Gide.

Découvrir les images tournées par Marc Allégret, compagnon de voyage d’André
Gide lors de leur périple africain de 1926, renvoie évidemment au récit laissé par
André Gide lui-même dont la publication à l’époque contribua à ouvrir les yeux
de beaucoup sur certaines réalités du colonialisme. Même si le film, muet, ne
s’attaque pas à la question du colonialisme à la différence du récit laissé par
Gide, il n’en est pas moins un plaidoyer pour l’Afrique en exposant ces images
simples, fortes d’un réel pouvoir de séduction, peu à peu se dégage l’idée d’un
univers bien différent de l’image qui en était jusque là donnée.

Samedi 19 novembre | 11h00 | Cinéma LUX

Spectres

Documentaire de Sven Augustijen, Belgique, 2011-1h42.

Cet essai cinématographique évoque l’une des pages les plus sombres de la
période de décolonisation du Congo belge : l’assassinat de Patrice Lumumba,
le premier Premier Ministre élu démocratiquement au Congo. Cinquante ans
après son assassinat, Patrice Lumumba revient hanter la Belgique. À travers des
rencontres, des commémorations et un retour sur les lieux, un haut fonctionnaire
belge, Jacques Brassinne de la Buissière, qui fut présent à Élisabethville ce jour
sanglant du 17 janvier 1961, tente de conjurer les fantômes du passé.

Samedi 26 novembre | 11h00 | Cinéma LUX

Boulevard d’Ypres

Documentaire de Sarah Vanagt, Belgique, 2010-1h06.

Dans le centre de Bruxelles, avec ses grandes boutiques méditerranéennes et
colorées, le Boulevard d’Ypres semble tout droit sorti d’un conte des Mille et
une nuits. Avant que la gentrification ne chasse ces commerces du quartier,
Sarah Vanagt a transformé l’un de ces entrepôts en un studio de cinéma.
Un espace où se croisent les histoires de vie de ceux qui peuplent la rue:
commerçants, demandeurs d’asile, locataires, résidents de l’armée du Salut.
Un conte de fées des temps modernes, au point zéro de l’histoire…

After Years of Walking

Documentaire de Sarah Vanagt, Belgique, 2003-0h36.

Après le génocide de 1994, le nouveau gouvernement rwandais décide de
suspendre momentanément l’enseignement de l’histoire du pays à l’école. Ce
documentaire montre comment des enfants, des enseignants, des meurtriers
du génocide, des étudiants et des historiens expriment les différentes manières
dont les Rwandais assument leur passé.

Projections suivies d’une rencontre
avec la réalisatrice Sarah Vanagt.

Toutes les séances sont accessibles au tarif unique de 4,80 € (ou coupon abonnement du cinéma LUX)

Site officiel du Festival